Argent colloïdal face à la crise des antibiotiques

En 2016, selon le rapport l’Autorité européenne de sécurité alimentaire (EFSA) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), 25.000 personnes décèdent chaque année à cause d’une résistance des bactéries aux antibiotiques. Cette situation pourrait causer dix millions de décès supplémentaires par an d’ici 2050. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a d’ailleurs identifié la résistance aux antibiotiques comme un problème de santé public majeur dans les prochaines années. Avec des bactéries de plus en plus résistantes, certaines maladies comme la tuberculose ou le paludisme deviendraient incurables. Or, les recherches de nouveaux antibiotiques sont ralenties par les lourdes réglementations. Le temps est donc venu de trouver des alternatives aux antibiotiques. L’argent colloïdal, puissant antibactérien, est bien placé pour devenir une solution à la crise des antibiotiques.

La crise des antibiotiques

Les antibiotiques ont révolutionné le monde médical. Ils sont apparus comme un remède miracle contre les maladies bactériennes entraînant rapidement une sur-utilisation. A la même époque, la résistance aux antibiotiques de certaines souches bactériennes sont observées. Par leur évolution naturelle, certaines souches de bactéries sont naturellement antibiorésistantes. C’est le cas, entre autres, de la bactérie responsable des infections hospitalières, le Pseudomonas aeruginos. Mais cette résistance peut aussi être acquise. Si l’antibiotique détruit les bactéries les plus faibles, les plus résistantes survivent. Grâce à la sélection naturelle, les survivantes transmettent cette caractéristique aux nouvelles souches qui deviennent encore plus résistantes.

La principale cause est l’usage inapproprié des antibiotiques autant chez l’homme que chez l’animal. La mauvaise utilisation des antibiotiques a accéléré le phénomène. Les faux diagnostics, l’automédication, l’ingestion de médicaments à des doses inférieures à celles prescrites ou l’interruption des traitements sont des sources reconnues de la résistance des antibiotiques. L’usage des antibiotiques dans l’élevage et l’agriculture est aussi une cause de l’antibiorésistance. En l’absence de régulation stricte, les antibiotiques étaient administrés comme un traitement régulier des animaux malades. Pour des raisons de rentabilités, ils sont aussi communément utilisés pour accélérer la croissance d’un animal. Ainsi, les résidus d’antibiotiques présents dans la chaîne alimentaire ont un impact sur les bactéries.

Pourquoi l’argent colloïdal est la solution ?

L’argent colloïdal, minuscules particules d’argent dans de l’eau pure, est connu pour ses vertus thérapeutiques depuis des millénaires. Avant la découverte des antibiotiques, l’argent colloïdal était utilisé comme un antibactérien dans les hôpitaux. Une trentaine de préparation à base d’argent étaient alors en vente. Après la production massive des antibiotiques, l’argent a été délaissé pour des raisons pratiques. Comparé aux antibiotiques, sa production n’était plus suffisamment rentable pour les laboratoires.

Pour en savoir plus sur la posologie de l’argent colloïdal.

Aujourd’hui, face aux résistances aux bactéries, l’intérêt pour l’argent colloïdal renaît. Il pourrait être une alternative contre l’antibiorésistance. L’argent colloïdal est un antibiotique naturel et universel. Selon un article paru en 1978, il guérirait 650 maladies (source : Best of des thérapies remarquable, page 51, Bertrand CANAVY, Jean-Christophe DIDIER, et Adrien GABRIELE). En plus, son utilisation n’aurait pas d’effet secondaire contrairement aux antibiotiques conventionnels. Dans les faits, il stimule le système immunitaire tout entier. Grâce aux nouvelles méthodes de fabrication, les coûts de production de l’argent colloïdal ont nettement diminués. Avantage majeur, les bactéries ne peuvent pas développer de résistance à l’argent colloïdal. Entrant dans la catégorie des médecines parallèles, l’argent n’est pas encore prescrit par les médecins officiels. Toutefois, il peut être acheté comme n’importe quel autre complément alimentaire.